fbpx

Rebondir après la perte d’un animal de compagnie : Des questions clés pour surmonter un deuil animalier

Par Stéphane Migneault, psychologue, auteur et conférencier du Québec

Une perte énorme.

Lucie a perdu son chien qu’elle adorait: un Golden Retriever. Elle a partagé avec lui plein de bons moments durant les 10 dernières années : promenades en forêt, marches dans le quartier, jeux à l’extérieur, etc. Même s’il ne parlait pas, il lui a offert un soutien émotionnel d’une valeur inestimable quand son conjoint s’est suicidé il y a quelques années. Lucie, le coeur affligé, se demande comment elle arrivera à surmonter la perte de son chien. Peut-être vous vous demandez la même chose si vous avez perdu votre animal familier (animal de compagnie). Permettez-moi de vous proposer 3 questions clés qui vous aideront à accroître votre résilience et à surmonter, plus en douceur, cette expérience humaine.

Définissons d’abord ce qu’est la résilience. Il existe de nombreuses définitions. Voici celle que propose Glicken (1994) :

« La capacité à rebondir face à l’adversité, à dépasser les influences négatives qui peuvent empêcher les personnes de se réaliser. »

Enchaînons maintenant avec les trois questions clés, lesquelles sont inspirées de l’approche brève orientée vers les solutions.

Première question clé

La perte d’un animal familier, que ce soit un chat, un chien ou un oiseau, peut nous laisser déboussolé.e. La douleur de la perte prend beaucoup de place et peut nous faire perdre de vue ce qui compte encore pour nous.

Alors quelle question clé se poser?

Elle est très simple : « Qu’est-ce qui a encore du sens, de l’importance ou de la valeur pour moi? »

Les réponses varient d’une personne endeuillée et l’autre :

  • « Mon amour des chats »
  • « La nature »
  • « Mes relations (amicales, familiales) »

Cette question clé aide souvent les gens à se « regrounder » et retrouver leurs repères.

Pour vous, qu’est-ce qui a encore du sens?

Je vous encourage à consigner votre réponse dans un cahier de votre choix.

 

Deuxième question clé

Que votre animal familier soit décédé il y a une semaine, un mois ou un an, la prochaine question sera des plus utiles pour renforcer votre résilience.

« Comment arrivez-vous à continuer à avancer, malgré cette perte? Autrement dit, qu’est-ce qui vous aide à mettre un pied devant l’autre? »

Encore une fois, les réponses varient d’une personne à l’autre :

  • « Mon fils » « Ma fille »
  • « Les gens qui comptent sur moi à mon travail »
  • « La musique »
  • « Le jardinage »
  • « La méditation

Comme vous pouvez le constater, ce qui aide le plus, ce peut être une relation, un hobby, une passion, un engagement qui nous tient à coeur.

J’aime beaucoup la deuxième question clé. Je la garde toujours, façon de parler, dans ma poche arrière.

Qu’est-ce qui vous aide le plus à continuer?

 

Troisième question clé

Les deux premières questions étaient plus centrées sur le présent. La suivante s’intéresse au passé. Oui. Parce qu’on mettre le passé au service du présent!

Avez-vous déjà perdu un être cher avant le décès de votre animal familier?

Si oui, posez-vous la question suivante :

« Comment ai-je fait pour passer au travers? »

Notez sur un bout de papier ce que vous avez fait et ce qui a été le plus aidant.

Vous obtiendrez ainsi une foule de pistes pour mieux traverser votre défi actuel.

Si vous n’avez pas perdu d’être cher auparavant, choisissez une grosse épreuve du passé (ex. : pandémie, tragédie, etc.) et demandez-vous de quelle façon vous avez réussi à la surmonter. Prenez des notes!

 

Récapitulons

Nous avons vu trois questions clés toutes simples – mais d’une utilité redoutable – qui peuvent nous aider grandement à rebondir après la perte de notre animal familier.

Il ne faut pas attendre d’avoir terminé notre deuil pour continuer à vivre. On peut effectuer notre deuil tout en continuant à vivre.

En terminant, j’aimerais savoir quelle question clé vous a le plus aidé?

Stéphane Migneault, psychologue

Qui est Stéphane Migneault?

Stéphane Migneault psychologue auteur et conférencier

Stéphane Migneault est psychologue québécois. Il pratique à Québec en cabinet libéral. Il possède 20 ans d’expérience comme psychothérapeute. Il a conçu à ce jour plus d’une dizaine de conférences qu’il anime sur invitation en milieu de travail. Il s’intéresse depuis quelques années à la résilience et à la croissance post-traumatique. Il a d’ailleurs conçu une conférence inspirante sur le sujet : La résilience : la cultiver pour mieux surmonter les difficultés. Il l’anime sur invitation en milieu de travail (en présentiel ou en distanciel). Passionné de rédaction, il publie régulièrement sur LinkedIn, Facebook et Instagram. Grâce à ses billets de blogue, il a été interviewé par le site web Doctissimo et le journal La Presse. Enfin, il est auteur du livre Sympathique : comment communiquer avec les 16 types de personnalité (Septembre éditeur inc.). Pour en savoir plus sur ses services, visitez le https://www.stephanemigneault.com/

Bibliographie :

  • Bonanno, G. A. (2011). De l’autre côté de la tristesse : une vision nouvelle de la vie après la perte. Québec (QC) : Le Dauphin Blanc.
  • Csikszentmihalyi, M. (2004). Vivre : la psychologie du bonheur. Paris, Robert Lafond.
  • Geninet, I. & Marchand, A. (2007). La recherche de sens à la suite d’un événement traumatique. Santé mentale au Québec, 32 (2), 11–35.
  • Glicken, M. (2006). Stumbling On Happiness. Random House Canada.
  • Joseph, S., Williams, R., & Yule, W. (1995). Psychosocial perspectives on post-traumatic stress. Clinical Psychology Review15(6), 515-544.
  • Lavoie, B. (2022). Deuil et traumas : favoriser la croissance post-traumatique, Congrès 2022-OPQ, Canada.
  • Li, J., Sun, Y., Maccallum, F., & Chow, A. Y. (2021). Depression, anxiety and post-traumatic growth among bereaved adults: A latent class analysis. Frontiers in Psychology11, 575311.
  • Michael, C., & Cooper, M. (2013). Post-traumatic growth following bereavement: A systematic review of the literature. Counselling Psychology Review28(4), 18-33.
  • Prati, G., & Pietrantoni, L. (2009). Optimism, social support, and coping strategies as factors contributing to posttraumatic growth: A meta-analysis. Journal of loss and trauma14(5), 364-388.
  • Rousseau, S. (2010). Développer et renforcer sa résilience. Montréal, Éditions Quebecor.
  • Tarquinio, C., Martin-Krumm, C. & Joseph, S. (2011). Psychologie positive et développement/croissance post-traumatique: changements positives et bénéfices perçus suite aux événements de vie graves.
  • Zhou, N., Yu, W., Tang, S., Wang, J., & Killikelly, C. (2018). Prolonged grief and post-traumatic growth after loss: Latent class analysis. Psychiatry Research267, 221-227.

Merci Stéphane pour ta collaboration à ce blogue sur le deuil animalier.

Pin It on Pinterest

Share This